quinta-feira, 12 de fevereiro de 2015

Kant - Dans l’étendue des MERS - 30 "combinations" - quando os maiores filósofos do mundo falam de MAR (em francês) - 12



Oceano Atlântico - 2014 - foto de Fernando Costa



Mon opinion est qu’il n’est pas absolument nécessaire de croire que toutes les planètes sont habitées, quoiqu’il soit absurde de le nier pour toutes ou du moins pour le plus grand nombre d’entre elles. Dans la splendeur de l’Univers, où chaque monde et chaque système de monde n’est qu’un
grain de poussière auprès de l’ensemble de la création, il peut bien exister des régions désertes et inhabitées, qui ne sont pas utilisées d’une manière nécessaire pour le but que la Nature se propose en général, l’entretien d’êtres rai­sonnables. Le nier serait comme si l’on voulait se fonder sur la sa­gesse de Dieu pour refuser d’admettre que des déserts sablonneux et inhabités couvrent une grande portion de la surface de la Terre, et qu’il existe dans l’étendue des MERS des îles abandonnées où ne se trouve pas un homme. Et pourtant une planète est bien moindre auprès de l’immensité de la création, que ne l’est un désert ou une île auprès de la surface de la Terre.

 Kant

HISTOIRE NATURELLE GÉNÉRALE ET THÉORIE DU CIEL

Nenhum comentário:

Postar um comentário

Seus comentários, críticas ou elogios farão meu blog evoluir. Obrigado por participar.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...